Temple de la Dent à Kandy, Sri Lanka

Le Sri Dalada Maligawa, ou temple de la Dent, est le saint des saints de la ville de Kandy au Sri Lanka, car il contient une canine de Bouddha qui est hautement vénérée et portée une fois par an dans une magnifique procession à travers la ville.

Le Sri Dalada Maligawa est un temple bouddhiste situé dans la ville royale de Kandy, au centre du Sri Lanka. Le "temple de la dent" se trouve dans le quartier des temples de Kandy, classé au patrimoine mondial de l'UNESCO depuis 1988, et figure sur notre liste des 10 principales attractions touristiques du Sri Lanka.

Advertisement

Selon la légende, il contiendrait une canine de Gautama Siddharta, le premier Bouddha, ce qui en fait l'un des plus hauts sanctuaires du bouddhisme.

De l'extérieur, les bâtiments enchevêtrés du temple de la Dent semblent plutôt insignifiants. Construit entre 1687 et 1782, il passerait aussi pour une maison d'habitation un tant soit peu cossue.

D'une certaine manière, le temple de la Dent ressemble à un mélange de villa et de monastère. Seul l'oriel octogonal au toit pointu sort un peu de l'ordinaire. Il abrite aujourd'hui une bibliothèque où sont conservés des manuscrits historiques en feuille de palmier.

Le sanctuaire de la dent de Bouddha

À l'intérieur, on retient son souffle à la vue des somptueuses décorations, des fresques précieuses et des portes magnifiques.

Le temple de la Dent a trois étages. Le plus haut abrite le sanctuaire d'or, où est conservée la dent de Bouddha, le "Dalada". Des pèlerins du monde entier s'y rassemblent pour vénérer la précieuse relique et lui faire des offrandes. On peut entrer dans le sanctuaire trois fois par jour, le matin, le matin et le soir.

A l'intérieur du sanctuaire, dont la porte est recouverte d'argent, la canine gauche du Bouddha est conservée sous une pile de sept dagobas dorés en forme de cloche. Dans tout le temple, des fidèles sont assis ou debout, profondément absorbés par la prière ou en attente, des fleurs d'offrande à la main.

Procession en l'honneur de Bouddha

La vénération du Dalada culmine avec la "Esala Perahera" annuelle. Au cours de celle-ci, la dent est portée à travers la ville lors d'une magnifique procession de plusieurs jours avec des éléphants artistiquement décorés. Les fidèles prient pour que la pluie soit suffisante et que la récolte soit bonne. Entre-temps, des personnes vêtues de couleurs vives dansent et jouent de la musique.

Advertisement

Le défilé, déjà organisé au 4e siècle, a lieu les dix jours précédant la première pleine lune du mois d'août. Les reliques d'autres sanctuaires du quartier du temple participent également à la procession, qui se réunit à la fin en un seul grand cortège.

Une fois par semaine, la dent est retirée de son écrin sacré pour être nettoyée. Il n'est pas certain qu'il s'agisse réellement de la vraie dent, car plusieurs copies ont déjà été réalisées pour des raisons de sécurité.

Le musée Sri Dalada, qui se trouve également dans le temple de la dent, présente, outre quelques cadeaux de pèlerins, l'histoire tumultueuse de la précieuse dent.

L'histoire mouvementée du Dalada

Selon la légende, la force spirituelle de Bouddha est stockée dans le dalada et, tout comme l'arbre de la Bodhi sous lequel Bouddha a été illuminé, la dent est considérée comme un faiseur de pluie. On peut imaginer que de nombreux rois se sont disputés cette relique, car le propriétaire de la dent était très respecté, bénéficiait d'une protection religieuse et son peuple ne souffrait jamais de la sécheresse. C'est pourquoi elle est passée entre les mains de nombreux souverains indiens après avoir été prétendument récupérée par une nonne dans les cendres de l'Illuminé.

Il a été transmis de génération en génération ou dérobé de force jusqu'à ce que le prince Dantha et son épouse Hemamala parviennent à le faire passer clandestinement par la frontière sri-lankaise, déguisés en pèlerins. Il y fut dès lors protégé par le roi cinghalais et conservé dans la capitale respective.

Même les puissances coloniales que sont le Portugal et la Grande-Bretagne n'ont pas réussi à briser le culte de la dent. Ainsi, les processions se poursuivent encore aujourd'hui et sont devenues une attraction touristique très appréciée.

Précaution : depuis l'attentat-suicide perpétré par les Tamouls contre le temple de la Dent en 1998 pendant la guerre civile au Sri Lanka, qui a fait 8 morts, l'accès au quartier du temple ne peut se faire que par un sas de sécurité.

Advertisement
Advertisement
Advertisement
Advertisement
error :