Île de Santiago, Cap-Vert

Santiago est la plus grande île du Cap-Vert. Le cœur africain de l'archipel bat sur les hauts plateaux verdoyants du centre de Santiago. La côte sud abrite la plus ancienne colonie du Cap-Vert et la capitale capverdienne.  

Santiago est la plus grande île du Cap-Vert et abrite une bonne moitié de la population de l'ensemble de l'archipel. Sa capitale, Praia, est le centre économique et politique du Cap-Vert et fait partie de notre top 10 des attractions touristiques du Cap-Vert.

Advertisement

IMAGES : 20 Top Shots de Santiago, Cap-Vert

Galerie de photos : Santiago - 20 Top Shots

Sur une superficie de près de 1.000 kilomètres carrés, Santiago est l'endroit qui offre le plus de paysages à découvrir, des imposantes chaînes de montagnes aux aiguilles rocheuses vert émeraude, aux gorges impressionnantes et aux vallées fertiles, en passant par les plages de sable fin et les baies pittoresques.

Ancien centre du commerce d'esclaves, Santiago est également considérée comme l'île la plus "africaine" de l'archipel. De nombreux habitants à la peau foncée descendent de ce que l'on appelle les "Rebelados", des esclaves qui ont jadis fui leurs maîtres pour se réfugier dans le cœur inaccessible de l'île.

Ribeiras et Achadas

L'arrière-pays de Santiago est une merveille de régions montagneuses verdoyantes, Cap-Vert - © Alexander Manykin / Shutterstock
Alexander Manykin / Shutterstock

Santiago est dominée par deux chaînes de montagnes volcaniques qui sont responsables de la fertilité de Santiago. Au centre de l'île se dresse le Pico d'Anónia, le plus haut sommet de l'île avec près de 1 400 mètres. Au nord, la Serra Maiagueta s'étend de la côte est à la côte ouest, culminant à 1.064 mètres, et est traversée par des vallées plutôt arides appelées "Ribeiras".

Entre les deux s'étendent les "achadas", des plateaux qui, sur un sol relativement humide, ont donné naissance à une végétation luxuriante d'acacias et de figuiers. Elles font de Santiago l'île la plus productive du Cap-Vert en termes de paysage. La canne à sucre, les bananes, le café, les légumes et les fruits ainsi que les haricots et le maïs se développent bien mieux dans le climat humide de Santiago que sur les autres îles de l'archipel.

Cidade Velha - la plus ancienne colonie du Cap-Vert

Cidade da Ribeira Grande de Santiago est aujourd'hui encore gardée par l'imposante Fortaleza Real de São Felipe, construite par les Portugais en 1590, Cap-Vert - © AlexanderManykin/Shutterstock
© AlexanderManykin/Shutterstock

Cidade da Ribeira Grande de Santiago, également connue sous le nom de Cidade Velha ("vieille ville"), a été fondée en 1462 en tant que toute première colonie du Cap-Vert. Elle fut ainsi la première ville coloniale européenne sous les tropiques.

Christophe Colomb et Vasco de Gama y ont tous deux fait escale lors de leur voyage vers le continent américain. En 2009, la ville a été inscrite au patrimoine mondial de l'UNESCO et nous l'avons également placée dans notre liste des dix principales attractions touristiques du Cap-Vert.

Advertisement
Advertisement

Hébergements recommandés : Cap-Vert

HÔTELS | PENSIONS | APPARTEMENTS | VILLAS | CHALETS

Afficher les hébergements


 

Cidade da Ribeira Grande de Santiago est située sur la côte sud de Santiago, à environ 10 kilomètres à l'ouest de l'actuelle capitale Praia. À son apogée, la ville s'appelait Ribeira Grande (à ne pas confondre avec Vila da Ribeira Grande, la capitale de Santo Antão), est également appelée Cidade Velha ("vieille ville") et était autrefois la capitale de l'île.

Curiosités de la Cidade Velha sur Santiago

Une promenade dans la ville de Cidade da Ribeira Grande de Santiago commence de préférence au centre du village. Les visiteurs y sont accueillis par le "Pelourinho", le pilori érigé en 1520. Le monument actuel, avec son socle octogonal et sa colonne en spirale, rappelle les siècles passés, lorsque Ribeira Grande était le centre capverdien du commerce des esclaves. C'est ici que les esclaves étaient vendus ou fouettés si leurs propriétaires n'étaient pas satisfaits.

Rua Banana

La Rua Banana, qui rappelle clairement le Portugal, part du Pelourinho. Les maisons qui bordent cette jolie rue témoignent de l'architecture coloniale portugaise la plus simple. Avec l'aide de l'UNESCO, elles ont été restaurées et reconstruites à l'identique et avec un grand souci du détail. Les maisons se composent d'un couloir et de deux chambres, la cuisine et le travail se faisaient dans la rue.

Église Nossa Senhora do Rosário

Au nord, la Rua Banana est dominée par l'impressionnante Igreja Nossa Senhora do Rosário. Elle a été construite en 1495 et est donc la plus ancienne église coloniale du monde. En raison de son aménagement, elle compte en outre parmi les monuments historiques les plus précieux du Cap-Vert.

Les fonts baptismaux en albâtre précieux et le baptistère valent particulièrement le coup d'œil. Les motifs floraux de la voûte de la chapelle témoignent d'influences portugaises et mauresques et ressemblent à ceux du monastère Jeronimos de Lisbonne. Les nombreux azulejos, les carreaux de faïence peints avec art de l'église, sont également connus du Portugal.

Couvent de São Francisco

En amont, des panneaux indiquent le chemin vers le Convento de São Francisco. En passant devant une distillerie de grogue traditionnel du Cap-Vert, avec sa coiffe en cuivre vert-de-gris et son pressoir à sucre actionné par des bœufs, on arrive aux vestiges de ce vénérable bâtiment.

Le couvent a été construit en 1642 pour former des prêtres. Ils devaient demander la protection de Dieu contre la malaria, les pirates et d'autres dangers, et convertir les hommes blancs pécheurs qui s'engageaient avec des esclaves noires.

Cathédrale de Sé

De retour au village, une visite de la deuxième église importante de Cidade da Ribeira Grande de Santiago s'impose. La Catedral da Sé est située en hauteur, directement sur la côte. Sa construction a duré de 1555 à 1693, en raison des fréquentes modifications des plans.

Advertisement

Mais les moyens manquaient pour l'achèvement et l'entretien, et l'argent ne suffisait déjà pas pour la décoration intérieure. De nombreux habitants de la ville utilisèrent la Catedral da Sé comme carrière de pierres, comme en témoignent les pierres calcaires claires et taillées dans de nombreux bâtiments de la ville. Aujourd'hui, la cathédrale est toujours dans un état de ruine, mais elle est utilisée comme scène en plein air avec vue sur la mer.

Fortaleza Real de São Felipe

La Cidade da Ribeira Grande de Santiago est aujourd'hui encore protégée par l'imposante Fortaleza Real de São Felipe, construite par les Portugais en 1590. Le fort devait protéger la capitale de Santiago contre les pirates qui pouvaient facilement accéder à l'île via Praia et attaquer ensuite Ribeira Grande depuis l'arrière-pays. À l'époque, c'est surtout le célèbre Francis Drake qui sévissait au large des côtes africaines.

En 1712, Ribeira Grande fut finalement conquise et détruite par le pirate Jaques Cassart. Cette attaque a également marqué le début de la chute de la ville, autrefois si prospère, puisque la capitale a ensuite été transférée à Praia.

En 1960, la Fortaleza Real de São Felipe a certes été reconstruite par le gouvernement portugais, mais pas de manière totalement historiquement correcte. Un petit centre d'information situé sur le plateau à l'entrée permet de se rafraîchir. Le bastion au sud, équipé de canons historiques, offre des vues impressionnantes sur la mer.

Praia - capitale du Cap-Vert

Le vieux phare du port de Praia sur l'île de Santiago aurait bien besoin d'un coup de peinture, Cap-Vert - © Alexander Manykin / Shutterstock
Alexander Manykin / Shutterstock

La capitale de l'île de Santiago, Praia, rappelle une grande ville européenne typique par son agitation et son bruit. Ce n'est que le week-end que Praia montre son côté calme et détendu.

Praia est située au sud de Santiago, sur un plateau à environ 40 mètres au-dessus de la mer. Depuis 1770, après la chute de l'ancienne capitale Cidade da Riebeira Grande de Santiago, elle fait office de centre politique et économique du Cap-Vert. C'est à Praia que siège le gouvernement du Cap-Vert, que se trouve le plus grand hôpital de l'archipel, la plupart des banques et le bureau de poste principal, y compris le bureau des timbres spéciaux.

Visite de Praia

Cette ville d'un peu plus de 100.000 habitants est en constante expansion et correspond à l'image d'une grande ville typique. Praia est trépidante et bruyante, les quartiers de villas et les bidonvilles, qui rappellent les favelas brésiliennes, coexistent. Entre des blocs de béton hauts comme le ciel, des hommes d'affaires, des fonctionnaires du gouvernement et des diplomates se précipitent, un mouvement qui est renforcé chaque jour par des dizaines de milliers de navetteurs.

Advertisement

Bien que Praia ne soit pas une destination touristique classique, la ville a l'une ou l'autre curiosité à offrir à ses visiteurs.

Conseil : si vous ne vous sentez pas à l'aise dans l'agitation bruyante d'une grande ville, découvrez Praia un dimanche. Sans hommes d'affaires, la capitale du Cap-Vert est quasiment déserte.

Quartier de la vieille ville (Plato)

Le quartier de la vieille ville de Praia est situé un peu en hauteur sur un plateau et réjouit le visiteur avec ses magnifiques bâtiments coloniaux. La place centrale est l'impressionnante Praça de Albuquerque, bordée par l'église Nossa Senhora da Graça, le palais de justice et un bâtiment bancaire historique.

En direction du nord, on découvre un marché alimentaire très animé et, dans une rue parallèle, le musée ethnographique. En direction de la mer, la rue se termine à la périphérie fortifiée de la vieille ville, où les canons de la forteresse historique de Bateira se dressent encore aujourd'hui sur la mer bleue scintillante. Du haut de la balustrade, on a une vue panoramique fantastique sur la côte de Santiago.

Au sud de Bateira trône le palais présidentiel du Cap-Vert. Il était le siège des gouverneurs portugais au 19e siècle et rappelle encore aujourd'hui un château fort avec ses drapeaux et l'obélisque portugais.

Quartier de Cha d'Areia

Au sud-ouest du plateau de la vieille ville, on accède au quartier de Cha d'Areia par une rampe. La plage voisine, la Praia da Gamboa, n'est pas accessible à la baignade en raison de la pollution, mais elle accueille chaque année le plus grand festival de musique de l'île.

La vue sur la mer tombe sur l'Ilhéu de Santa Maria, plus connu sous le nom de "Lazareto", où étaient logés les marins des navires mis en quarantaine. Ce n'est qu'après 40 jours ("quarenta dias" - d'où le terme de "quarantaine") qu'ils étaient autorisés à regagner la terre ferme.

Le bâtiment du Parlement à Praia, la capitale du Cap-Vert, sur l'île de Santiago - © Alexander Manykin / Shutterstock
Alexander Manykin / Shutterstock

Quartier de Prainha

Le quartier de Prainha est dominé par un phare visible de loin et brille par de magnifiques villas d'ambassades étrangères et d'habitants fortunés.

Advertisement

La plage du même nom, Praia Prainha, peut être utilisée pour la baignade et mène jusqu'au phare Maria Pia. Si l'on poursuit sa promenade sur la plage, on arrive à la Quebra Canela ("briseuse d'os"), la plage de la ville où les habitants se retrouvent après le travail ou le week-end.

Quartier Achada de Santo António

Le bâtiment du Parlement trône de manière évidente dans le quartier Achada de Santo António, à l'ouest de Praia. Ce grand bâtiment d'acier et de verre était autrefois un cadeau des Chinois, qui s'assuraient en même temps le commerce.

Après sa visite, un petit détour culinaire s'impose, car Achada de Santo António présente la plus grande concentration de restaurants, de bars et de boîtes de nuit.

Quartier de Várzea

Le quartier de Várzea est surtout célèbre pour son labyrinthique Mercado de Sucupira, où il n'y a rien que l'on ne puisse acheter. On y vend à peu près tout, de la musique typiquement capverdienne aux tissus et à l'artisanat africains, en passant par la poterie, la vannerie, la nourriture et les appareils électriques.

Des stands de restauration rapide du monde entier proposent leurs menus, mais il est préférable d'avoir une bonne digestion pour les déguster.

De Praia à Assomada - au cœur de Santiago

L'arrière-pays de Santiago est une merveille de régions montagneuses verdoyantes, Cap-Vert - © Alexander Manykin / Shutterstock
Alexander Manykin / Shutterstock

Santiago est facile à découvrir en voiture grâce à un réseau routier bien développé. Le trajet de Praia, sur la côte sud de Santiago, à Tarrafal, au nord, en passant par Assomada, est un must absolu.

En quittant Praia vers le nord, le premier village que l'on atteint est São Domingos, l'une des plus anciennes colonies de l'île. Après São Domingos, une route sans issue continue à travers des falaises abruptes et des champs de haricots et de maïs jusqu'à Rui Vaz et le parc naturel Serra do Pico d'Antónia.

Advertisement

La Quinta da Montanha, située à proximité, propose à la fois l'hébergement et la restauration, ainsi que des visites guidées du parc naturel. La route se termine à 1.050 mètres d'altitude au Monte Xota, d'où la vue s'étend jusqu'au Pico d'Antónia, le plus haut sommet de l'île, qui culmine à près de 1.400 mètres.

De retour à São Domingos, la route continue vers le nord. Avant São Teves, il vaut la peine de faire un détour par São Jorge dos Orgãos. Le village est situé dans une vallée avec de hautes falaises qui s'élèvent vers le ciel comme des tuyaux d'orgue ("orgãos").

Le village abrite une station expérimentale agricole qui gère le petit jardin botanique de São Jorge dos Orgãos. Son bureau se trouve juste à côté de l'église et propose des informations sur la flore et la faune du Cap-Vert.

De retour à São Teves, le voyage se poursuit à travers Picos, où d'imposants clochers se dressent devant la roche volcanique sombre, jusqu'à Assomada.

Assomada - l'âme africaine du Cap-Vert

Assomada est un village de montagne pittoresque au milieu de pentes verdoyantes à Santiago, Cap-Vert - © Alexander Manykin / Shutterstock
Alexander Manykin / Shutterstock

Assomada est le plus grand village de l'intérieur de l'île de Santiago et se trouve à mi-chemin entre Praia au sud et Tarrafal sur la côte nord. Au milieu des montagnes tabulaires au cœur de Santiago, Assomada se blottit dans son achada (plateau) comme dans un hamac vert mousse.

Dans ce marché haut en couleurs, on peut vivre de près l'âme africaine du Cap-Vert avec tous ses sens. Dans l'enchevêtrement du bazar sombre, on trouve des vaches, des chèvres, des fruits, des légumes, du poisson, des poteries, des paniers, des tissus, des meubles, des chaussures et des textiles chinois.

Au sud du marché se trouve le centre-ville historique d'Assomada. On y trouve des maisons de style colonial en partie rénovées, l'église catholique et la mairie. Dans le Museu Tabanca, on peut voir des objets historiques et de l'artisanat.

Nulle part ailleurs qu'à Assomada, les racines africaines des habitants du Cap-Vert ne sont aussi perceptibles. C'est ici que vit encore le batuk, une complainte traditionnelle avec laquelle les femmes africaines, surtout, chantent avec force le chagrin de l'oppression et de l'esclavage.

Ils sont accompagnés par des rythmes de tambours frappés sur des sacs en plastique remplis de morceaux de tissu. Des danses endiablées au son du batuk leur font oublier la pénibilité de leur vie.

D'Assomada, la route principale vers Tarrafal se poursuit vers le nord - un trajet qui est également vivement recommandé en raison de l'attrait de ses paysages !

Tarrafal - La plus belle plage de Santiago

La baie abritée de Tarrafal, au nord de Santiago, est l'un des plus beaux endroits de l'île, Cap-Vert - © Axel Lauer / Shutterstock
© Axel Lauer / Shutterstock

Les week-ends d'été, Tarrafal est très fréquenté, même les visiteurs de Praia, à l'autre bout de l'île, font un pèlerinage vers le nord de l'île pour profiter de ses eaux claires et calmes. Ce village pittoresque fait partie de notre top 10 des curiosités du Cap-Vert.

Le paysage de montagne de rêve autour de Tarrafal est traversé par un réseau de sentiers de randonnée accueillants. Le Monte Graciosa, haut de 650 mètres, domine Tarrafal de toute sa hauteur. Sur son flanc ouest, il y a aujourd'hui des grottes de surf à découvrir. Elles se sont formées lorsque Santiago se trouvait encore bien plus bas que le niveau de la mer.

Arriver à Tarrafal

La plage de Tarrafal, dans la baie du même nom sur l'île de Santiago, est considérée comme la plus belle plage du Cap-Vert - © AlexanderManykin/Shutterstock
© AlexanderManykin/Shutterstock

Depuis Assomada, au centre de Santiago, l'itinéraire principal se dirige vers le nord en direction de Tarrafal. Après un court trajet, on arrive à la chapelle de Santa Catarina, qui offre une jolie vue sur la Ribeira de Boa Entrada.

Plus bas dans la vallée, à Poilão de Boa Entrada, pousse le plus vieil et le plus grand arbre de tout le Cap-Vert. Le gigantesque kapokier a près de 500 ans et atteint une hauteur de 40 mètres. Il est possible de l'atteindre à pied depuis la chapelle.

Peu avant Fundura, un détour par le petit village de pêcheurs de Ribeira da Barca mène à la côte. Ceux qui parcourent les 6 km sont récompensés par une jolie plage et quelques petits restaurants. Une autre piste de 6 km en direction du sud mène à Achada Leite, où se trouve la remarquable Grota d'Aguas Belas, une grotte rocheuse pittoresque avec une plage et une ouverture pour le soleil dans le plafond.

De retour sur la route principale, nous traversons Fundura et des lacets sauvages à travers les montagnes de la Serra da Malagueta. Dans cette région, il y a des sentiers de randonnée merveilleusement idylliques qui mènent jusqu'à Figueira das Naus et ensuite jusqu'à Ribeira da Prata sur la côte nord-ouest de Santiago. Le village le plus proche de l'itinéraire principal est Chão Bom, d'où une ligne droite mène directement à la place de l'église de Tarrafal.

Environ à mi-chemin entre Chão Bom et Tarrafal se trouve un ancien camp de concentration où, dans les années 1930, des Portugais, des Angolais et des Capverdiens qui se prononçaient pour la liberté du Cap-Vert ont été emprisonnés dans les pires conditions.

Conseil : Le chemin de retour de Tarrafal à Praia le long de la côte est est très attrayant avec ses jolis villages, ses vallées fertiles et ses montagnes escarpées, mais il faut compter 2,5 heures de route pour parcourir environ 80 km.

Baie et plage de Tarrafal

La baie de Tarrafal est un endroit idéal pour se détendre tout en observant l'agitation des bateaux dans le petit port de pêche, Cap-Vert - © AlexanderManykin/Shutterstock
© AlexanderManykin/Shutterstock

La baie abritée de Tarrafal, au nord de Santiago, est l'un des plus beaux endroits de l'île. La plage de sable blanc et fin est considérée comme la plus belle de l'île et récompense en tout cas un détour par le nord de Santiago. Elle est en outre bordée de palmiers qui procurent une ombre agréable - un phénomène plutôt rare sur les plages capverdiennes.

Cette jolie petite ville est regroupée autour d'une place centrale avec une charmante église baroque. C'est ici qu'a lieu le marché hebdomadaire, où sont vendus les produits locaux.

Port de Tarrafal

La baie de Tarrafal sur l'île de Santiago, Cap-Vert - © AlexanderManykin/Shutterstock
© AlexanderManykin/Shutterstock

Sur la magnifique plage de Tarrafal, on peut se baigner ou tout simplement se détendre en observant l'agitation des bateaux dans le petit port de pêche. Lorsque les pêcheurs arrivent avec leurs prises, le port de Tarrafal s'anime.

Les commerçants et les particuliers achètent directement à partir du bateau les plus belles perches, les maquereaux, les murènes et les langoustes et tous ensemble, ils remorquent les bateaux jusqu'à la plage. Une grande partie du poisson frais est exportée vers la capitale Praia, où les prix sont bien plus élevés. Les nombreuses espèces de poissons de la baie de Tarrafal ne font d'ailleurs pas seulement le bonheur des pêcheurs locaux, les plongeurs et les pêcheurs en haute mer y trouvent également leur compte.


Advertisement
Advertisement
Advertisement
Advertisement
error :